TrollBall UPS

L'équipe de Trollball de l'université Paul Sabatier (Toulouse, France)
 
AccueilCalendrierGalerieFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Shah’r Lemâgne, l’occidentale adoptée de force

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Shah'r Lemâgne


avatar

Messages : 8
Date d'inscription : 19/04/2017
Age : 21
Localisation : En train de négocier au caravansérail

MessageSujet: Shah’r Lemâgne, l’occidentale adoptée de force   Mar 25 Avr - 18:58

Originaire des confins occidentaux, Carolina « Magna », bâtarde d’une favorite des harems et de l’empereur, fut nommée d’après lui mais également d’après sa propension à l’ouvrir bien « grande ». En effet les règles quasi-monastiques de la cour ne lui ayant jamais plu, elle apportait un soin remarquable à y contrevenir et à mener sa vie comme elle l’entendait, à savoir de manière bien plus drôle qu’en brodant et jouant du luth en langue d’oïl toute la journée. Lorsqu’on voulut la marier à un obscur cadet de l’aristocratie, elle se dit que non et partit à cheval pendant la nuit, accompagnée d’amis de basse extraction qui avaient le bon goût d’être décontractés. Ayant volé des bijoux et des vivres au palais avant de fuguer, ils purent mener un beau train de vie durant leur voyage sans destination, et n’eurent d’autres problèmes que de savoir qui dormait avec qui chaque soir et quelles routes ils emprunteraient le lendemain.

Mais les vivres vinrent à manquer, l’or aussi. Ils croisèrent dans ce qui était devenu un périple dangereux de fiers paladins de noir et de bleu, et arrivés aux montagnes qui marquaient la porte de l’Orient, de drôles de moines guère regardants… puisqu’ils purent leur vendre les quelques pierreries qui leur restaient. La jeune bâtarde prit l’initiative de monter un petit réseau de larcins avec ses compagnons, dont ils faisaient profit auprès desdits « ecclésiastiques ». Leur champ d’action couvrait une bonne partie des montagnes, mais point trop car on disait que certains châteaux, s’ils étaient pourtant alléchants en terme de biens, étaient occupés par de sanguinaires aristocrates. Cet arrangement ne dura guère, bien qu’il améliora sensiblement leur débrouillardise. Carolina Magna souhaitait étendre leur activité plus à l’Est et voyager de nouveau, tandis que ses deux compagnons préféraient rester auprès du prieuré et de ses bruyants mais forts sympathiques occupants. Elle  explora de fait les montagnes enneigées et put constater que leurs habitants avaient en effet un train de vie… particulier. Si elle s’abstint de les dépouiller par prudence, elle les convainquit de sa bonne compagnie et put apprendre auprès d’eux les rudiments du combat. Puis avide de voyage à nouveau, elle reprit seule la route de la Sublime Porte, passage monumental sous les montagnes qui permettait d’accéder aux mystères de l’Orient, qu’on disait folklorique et bien peuplé, afin d’y trouver une ville où elle pourrait prospérer.

Les autochtones regardaient curieusement sa peau claire et ses habits typique de Caro-lingerie, elle prit donc l’habitude d’habiller ses yeux de khôl et son corps et ses cheveux d’étoffes exotiques. Elle arriva à Kordhou, où elle apprit que sa mère était entre-temps devenue matrone des sérails et n’arrêtait pas de l’inviter à boire un dough à la menthe pour parler de son avenir. La jeune femme l’évita avec soin et établit plutôt un commerce plus ou moins légal, à la tête durant 5 ans d’une guilde de gens forts habiles et discrets (ce qui lui permit d’obtenir son VISA*).  Bien acclimatée et respectée par les groupuscules des autres villes la jeune femme embarqua sur un navire à roues à destination du Nord-Est pour conclure un accord territorial avec les triades du pays du Soleil Levant.  Or, il fallait passer par le très mal réputé désert d’Exoria, plate-forme centrale du commerce et par conséquent un festin pour les pirates des sables et autres bandits de cet acabit. Elle ne se faisait pas de souci, sachant qu’ils en avaient surtout après la marchandise. C’est ce qu’elle pensait jusqu’à ce qu’un matin de navigation sablonneuse elle entende un retentissant « Outrage, pillage, CARNAAAGE » qui ne laissait présager rien de bon. Elle se rappela que l’humain était aussi une marchandise, et qu’une occidentale de haute naissance en faisait une belle…

Une course de soleil plus tard, deux guerriers de ceux qui se faisaient appeler pompeusement les Shahs du Désert entrèrent dans la tente de fortune où on l’avait enchaînée et la firent boire un peu avant de lui expliquer que si son père ne payait pas la rançon qu’ils avaient réclamé, elle serait gardée en esclavage, et encore, si elle se révélait efficace à leur service. Ils se heurtèrent à la demande complètement étrange de l’être le plus obstiné du monde connu : la garder auprès d’eux, en combattante, en esclave, en guise de chameau de charge s’il le fallait, n’importe quoi sauf retourner dans les terres de l’Ouest.
Ce fut l’occasion de leur montrer sa valeur en négociation et elle choisit pour nom Shah’r Lemâgne.



*Vélin d'Itinérant Sous Acculturation

[IRL : anciennement Mila von Grössbaf chez les Vicomtes Pourfendeurs (du moins jusqu’à juin), je réponds au nom d’Alix et suis plutôt aux antipodes de mon personnage ^^]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Shah’r Lemâgne, l’occidentale adoptée de force

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
TrollBall UPS :: Présentation de l'équipe :: Membres de l'équipe-